Suppositions machinales et conventions sociales

Les gens assument toujours qu’ils connaissent leurs proches. Qu’ils le sauraient si ça n’allait pas bien, si ces personnes avaient un mal de vivre. Qu’ils auraient détecté ce qui ne va pas, ou ce qui n’allait pas. Et si une personne qui leur est chère se fait du mal, disparaît de leur vie, ou commet un acte irréparable, ils ne veulent pas admettre qu’ils ont été aveugles. Ils se disent qu’ils la connaissaient, que ce n’est pas logique car la personne qu’ils croyaient connaître n’aurait jamais agi de la sorte. Continuer la lecture de « Suppositions machinales et conventions sociales »

Souhaits de fin d’été

Même après un été d’éveil et de conscience, il est parfois difficile de conserver une attitude d’ouverture à la Vie et d’ouvrir son cœur à ce qui est, même si on retourne dans un quotidien qui peut nous sembler moins allumé. Autant le corps physique que l’esprit se fatiguent vite de la routine qui reprend ses droits après un été plus relax, à la veille du retour à l’école de enfants. Je souhaite que la sensation d’éveil demeure, mais les événements anodins ont vite fait de me faire oublier.

Continuer la lecture de « Souhaits de fin d’été »

Faire de notre mieux et continuer sans savoir

Apprendre à être authentique demande beaucoup de travail sur soi et le courage de s’accepter tel qu’on est. Faire de notre mieux et donner le meilleur de soi-même vient ensuite naturellement lorsqu’on est authentique, car on peut alors mettre toute notre énergie à être présent à soi et aux autres, plutôt que la perdre à se juger et justifier les mensonges qu’on s’est faits à soi-même. Continuer la lecture de « Faire de notre mieux et continuer sans savoir »

Une forteresse devenue prison

Si une personne a toujours agi de manière forte et indépendante, et rayonne de la sorte, peut-être se demande-t-elle pourquoi peu de personnes lui tendent les bras – littéralement ou de manière figurée? Se pourrait-t-il qu’elle envoie le message qu’elle n’a pas besoin d’être rassurée et réconfortée à travers des marques d’affection telles un câlin ou se faire serrer dans les bras de quelqu’un? Peut-être se demande-t-elle pourquoi les autres personnes lui semblent si distantes et froides, si peu enclines à s’ouvrir à elle? Continuer la lecture de « Une forteresse devenue prison »

Récidivistes de la performance

Un fléau invisible frappe la population depuis plusieurs années, emportant au passage des victimes, souvent elles-même invisibles. Faisant également des victimes collatérales : familles, conjointes et conjoints, enfants, collègues. Toutes des victimes d’un paradigme systémique, un vrai partenariat public-privé, qui les gruge de l’intérieur. S’il n’est pas traité, le paradigme de la performance entraîne même parfois une mort tragique. Mais le plus souvent, il transforme graduellement les victimes en personnes éteintes, qui répètent jour après jour une routine qui les ronge lentement. Continuer la lecture de « Récidivistes de la performance »

Soif de synchronicités

Ça a été un mois d’avril essoufflant, qui me laisse une impression de lassitude, une fatigue qui serait plus acceptable à mes yeux si j’avais le sentiment d’avoir progressé un tant soit peu. J’ai quand même pris du temps pour moi et je fais des choses intéressantes du point de vue de mon cheminement personnel. Yoga, méditation et musique, que j’essaie tant bien que mal d’insérer dans mon quotidien. J’ai ressenti une belle énergie à certains moments. J’ai eu des instants de motivation, des moments où je sentais que j’étais dans la bonne direction. Des moments passagers néanmoins, entrecoupés de moments de doute et de découragement. Continuer la lecture de « Soif de synchronicités »

Des sauts dans le temps

Lorsqu’on vit toute notre vie d’une certaine façon et qu’on a nos habitudes, puis qu’on se met à faire des changements importants, ça nous fait peur – et ça peut faire peur aux autres. Lorsque les gens qui nous côtoyaient nous revoient ou nous reparlent après qu’on a voyagé sur le chemin de la transformation, ils ne nous reconnaissent pas. Ils ont souvent des attentes basées sur l’impression qu’ils ont eu de nous la dernière fois que nous avons été en contact – nous aussi d’ailleurs. Continuer la lecture de « Des sauts dans le temps »

Réaménagement

Il y a quelques nuits, j’ai rêvé d’un immense endroit, à l’image d’un entrepôt, ou plutôt je ce que je qualifierais d’espace multi-usage à grande échelle à ciel ouvert. Un endroit servant à la fois de lieu de travail pour tout un état-major, de lieu de résidence, de lieu d’entreposage. Un amas de secteurs enchevêtrés illogiquement, où chaque usager cherchait à faire du mieux qu’il pouvait avec l’espace et les meubles mis à sa disposition. Continuer la lecture de « Réaménagement »

Briefings oubliés et fantômes d’anxiété

Tout ce temps passé à faire des présentations. À les préparer, les réviser et  les présenter. Toutes ces informations regroupées, colligées, analysées, décortiquées le jour et ressassées la nuit, en attendant le sommeil qui fuyait trop souvent. De bons briefings, des questions complexes, des réponses élaborées, et toutes ces présentations que je vivais à répétition. Continuer la lecture de « Briefings oubliés et fantômes d’anxiété »

Méthodes d’écriture

Je suis en train de réaliser que je peux vivre ma vie comme je le veux et je peux la raconter de la façon que je le veux. Il n’y a pas de script. Il n’y a pas de procédure établie. Je peux écrire des chapitres de ma vie – tout comme je peux écrire un texte ou un blogue ou un livre – quand je le veux, de la manière que je le veux, structurés comme je pense qu’il devraient l’être, au rythme que je désire adopter. Continuer la lecture de « Méthodes d’écriture »